Communiqués Collège Benjamin Franklin

Communiqués portant sur le Collège Benjamin Franklin 

COMMUNIQUE DE M. LE MAIRE
du 31 janvier 2021

Chères Epônoises, Chers Epônois,

L’Éducation Nationale et la direction du Collège Benjamin Franklin m’ont alerté en tant que maire, de l’évolution des conditions d’enseignement due à la fois à la structure de fonctionnement de l’établissement et à l’évolution des effectifs. En effet, le nombre d’élèves flirte depuis plusieurs années avec la capacité maximale d’accueil (600 élèves) pour atteindre plus de 650 en Septembre 2021 et plus de 750 pour la rentrée 2024.

La construction de nouveaux logements, tant sur la Ville d’Épône que sur Mézières-sur-Seine et l’arrivée d’habitants supplémentaires, m’ont motivé depuis mon élection en 2014 en tant que maire, puis en tant que Conseiller Départemental, à militer et à œuvrer en faveur de la création d’un nouveau collège. C’est une décision très lourde en terme financier (de l’ordre de 25 à 30 millions d’euros), mais j’ai bon espoir que le Conseil Départemental m’entendra et prendra rapidement cette décision pour que nos enfants bénéficient de conditions d’enseignement de qualité.

Dans l’attente et pour répondre à l’inquiétude de l’équipe pédagogique du collège devant la dégradation des conditions scolaires, le Conseil Départemental avec Cécile Dumoulin, vice-présidente aux collèges, nous avons décidé de lancer, dès le mois de Décembre, une concertation entre l’Éducation Nationale, les Fédérations de parents d’élèves, le Département et le collectif de parents pour proposer la meilleure solution dans l’intérêt de tous les enfants d’Épône, Mézières et La Falaise. Toutes les solutions proposées (Algecos, délocalisation, resectorisations …) sont étudiées avec soin et dans l’objectif d’apporter les meilleures conditions d’enseignement possibles. Les arbitrages pour le nouveau collège et la période transitoire seront bientôt annoncés.

Malgré un climat de pression généré par certains, nous travaillons avec calme pour l’intérêt collectif. Depuis 2014, avec mon équipe, je me suis beaucoup impliqué pour l’excellence de nos équipements scolaires (Suppression de préfabriqués vieux de
40 ans, construction de nouvelles classes, créations de nouvelles cantines, de médiathèque, réfection profonde de toutes les écoles, des cours de récréation, dans le bourg, comme dans le quartier d’Elisabethville, équipements numériques, …), et nous continuerons à le faire.

Guy MULLER
Maire d’Épône

 

COMMUNIQUE EPÔNE AU COEUR  (Groupe minoritaire)
du 1er février 2021

Chers Epônoises, chers Epônois,

Nous réagissons au communiqué publié hier matin sur cette page officielle de la ville au sujet des sureffectifs du collège. En effet, M. le maire s’est autorisé à utiliser un support de communication de la ville pour tenter de valoriser son action en tant que maire d’Epône et Conseiller Départemental et comme la loi nous y autorise nous utilisons ce même support pour rétablir quelques vérités.

M. le maire écrit qu’il a décidé de lancer une concertation dès Décembre avec les fédérations de parents d’élèves et le collectif des parents. C’est FAUX. Une réunion était prévue le 12 janvier 2021 pour annoncer la nouvelle sectorisation aux parents des fédérations et c’est l’annonce de cette réunion et de la décision prévue qui a donné naissance au collectif ! Pour résoudre les problèmes de sureffectif, réels, le Département (et M. Muller est l’élu de notre canton comme il le rappelle) était allé au plus simple en décidant d’affecter les enfants du quartier d’Elisabethville-Epône au collège d’Aubergenville. Une telle décision démontrait une absence totale de prise en considération du facteur affectif et humain. Les enfants d’Elisabethville fréquentent le centre culturel d’Epône, le centre de loisirs d’Epône, les associations sportives d’Epône, ils sont Epônois ! En les délocalisant à Aubergenville, le lien tissé depuis des années avec leurs amis du bourg aurait été rompu. A 11 ans, on a besoin de repères et de stabilité.

Lors des réunions avec les fédérations et le collectif, M. Muller et Mme Dumoulin n’ont fait que présenter le projet de sectorisation. Ce sont les parents et la FCPE qui ont formulé des propositions alternatives, encore à l’étude aujourd’hui par les services du Département. Chercher à s’approprier leur travail, c’est les trahir une seconde fois.

Dans son communiqué, M. Muller anticipe l’annonce prochaine par le Président du Département du placement d’Epône/Mézières dans la liste des 15 collèges qui seront construits pendant la prochaine mandature et s’auto-félicite de son efficacité. Il est très indulgent avec lui-même. Rappelons que dès 2008, M. Amouroux avait commencé à sensibiliser les décideurs du Département à la nécessité de remplacer notre vieux collège. M. Muller est maire depuis 2014 et conseiller départemental depuis 2015 ; en 7 ans, il n’a pas su se faire entendre plus tôt, alors que tous les indicateurs montraient qu’il y avait urgence ! Dans le meilleur des cas, le nouveau collège sera livré pour la rentrée 2024 et d’ici là, ce sont plus de 750 élèves qu’il faudra accueillir dans des locaux vétustes.

Le collectif des parents a remis au Président du Département un document présentant une analyse objective de la situation, ainsi que des propositions de solution qui sont, en effet, toujours en cours d’étude. Plutôt que d’entendre M. le maire défendre sans relâche l’option initiale consistant à scolariser leurs enfants dans un autre collège, ils auraient certainement préféré qu’il leur apporte son soutien à leurs propositions réalistes, qui ne restent toutefois qu’un pis-aller face à l’inaction de ces 6 dernières années.

Plutôt que d’être dans l’action, M. Muller a décidé d’être dans la communication. Ce n’est pas là notre conception de l’engagement politique et vous pourrez toujours compter sur nous pour rester vigilants sur ces dérives, qui décrédibilisent les politiques.

Emmanuel BOLLE
Conseiller municipal d’Epône au cœur